Accueil > Les plastiques n'étaient plus à la mode mais ça c’était jusqu’à l’épidémie de Covid-19

Les plastiques n'étaient plus à la mode mais ça c'était jusqu'à l'épidémie de Covid-19

DH

Le magazine américain Bloomberg s’interroge : et si le Covid-19 faisait changer les interdictions des plastiques à usages uniques.

Jusqu'à ce que le nouveau coronavirus commence à se répandre dans le monde entier, 2020 semblait être une année où des restrictions significatives sur l'utilisation des plastiques allaient enfin s'imposer. |

Il a fallu une semaine après le premier cas américain de COVID-19 sans connexion à l'étranger pour que Starbucks Corp. interdise temporairement aux clients d'apporter des tasses à café réutilisables.

Un nouveau rapport publié par Bloomberg NEF la semaine dernière a conclu que, à court terme du moins, les craintes des opposants au plastique pourraient être fondées. "Les inquiétudes concernant l'hygiène alimentaire dues au Covid-19 pourraient augmenter l'intensité des emballages en plastique, annulant certains des premiers progrès réalisés par les entreprises", indique le rapport. Les chercheurs ont constaté les plus fortes hausses de la demande de masques faciaux et de la fine pellicule utilisée dans les emballages en plastique.

Les groupes de pression du secteur des plastiques, tels que l'Association de l'industrie des plastiques et le Conseil américain de la chimie (ACC), défendent depuis longtemps leurs produits en faisant remarquer que le plastique a joué un rôle révolutionnaire dans les soins médicaux. Les gants chirurgicaux à usage unique, les seringues, les stylos à insuline, les tubes à perfusion et les cathéters, par exemple, ont à la fois réduit le risque d'infection des patients et contribué à rationaliser les opérations en allégeant le fardeau de la stérilisation.

Le virus joue sur les points forts de l'industrie des plastiques : la jetabilité et l'hygiène.

www.bloomberg.com